Comment choisir le bon gyrophare pour votre véhicule ?

Table des matières

Même s’ils peuvent sembler simples de prime abord, les gyrophares sont en réalité plus complexes qu’il n’y paraît. Pour être utilisés légalement sur la route, ils doivent répondre à différentes normes techniques et ne peuvent équiper que certains véhicules. Leur installation n’est pas non plus une tâche triviale.

LA RÈGLEMENTATION CONCERNANT LES GYROPHARES

  • Seuls les véhicules d’urgence comme les ambulances et les pompiers ont l’autorisation de porter un gyrophare.
  • Pour choisir un modèle conforme, il faut s’assurer qu’il respecte les standards d’homologation en vigueur.
  • L’installation doit se faire dans les règles de l’art pour garantir le bon fonctionnement et la sécurité du gyrophare.

Les gyrophares LED oranges et bleus servent à signaler un danger sur la voie publique ou à accorder la priorité à certains services. Bien que simples en apparence, ils requièrent en réalité le respect de normes techniques strictes. Cet article vous informe sur la réglementation entourant le choix, l’utilisation et la pose réglementaire des gyrophares.

QUI PEUT ET DOIT PORTER UN GYROPHARE ?

Certains véhicules seulement sont autorisés à circuler avec un gyrophare. Conduire avec un gyrophare sans en avoir l’autorisation représente un danger et peut coûter une amende de 135€.

Les couleurs des gyrophares dépendent du type de véhicule.

LES GYROPHARES ORANGES

Les gyrophares oranges servent à signaler un danger. Selon la réglementation, les véhicules lents doivent en avoir un visible de tous les côtés. Cela permet d’avertir d’un chantier, d’un véhicule qui roule doucement ou qui s’arrête souvent.

  • Véhicules à une vitesse max de 45 km/h : tracteurs, machines agricoles, nacelles élévatrices etc.
  • Véhicules de travaux publics et de voirie : balayeuses, bennes à ordure, arroseuses etc.
  • Véhicules de chantier ou de signalisation de chantier, à allure lente ou nombreux arrêts
  • Dépanneuses

Les gyrophares doivent être visibles à 50m dans toutes les directions. On peut en mettre jusqu’à 4 sur le toit.

Parfois la loi oblige aussi à mettre un triangle de toit. Pour en savoir plus, lisez notre article sur les triangles.

LES GYROPHARES BLEUS

Le gyrophare bleu n’a pas la même fonction que l’orange. Il facilite le passage des véhicules qui en ont un.

Seuls deux types de véhicules peuvent en avoir selon un arrêté de 1987:

  • Véhicules d’intérêt général prioritaire : police, gendarmerie, pompiers, SAMU etc.
  • Véhicules d’intérêt général aidés: ambulances, services de sécurité des gaz et électricité, transports de fonds, engins de déneigement etc.

Ces véhicules peuvent en avoir jusqu’à 2 pour être visibles de partout.

LES NORMES POUR QU’UN GYROPHARE SOIT HOMOLOGUÉ

Les gyrophares utilisés sur la route doivent respecter certaines caractéristiques pour être certifiés selon les normes européennes ECE R65 et ECE R10.

LA NORME ECE R65

La norme ECE R65 définit 4 critères pour les gyrophares :

  • Une intensité lumineuse de 50 à 100 candelas pour la classe 1 et de 120 à 230 pour la classe 2.
  • Des couleurs autorisées : orange, bleu ou rouge spécial.
  • Un fonctionnement fixe ou rotatif.
  • Un angle de visibilité de 4 à 8°.

Le numéro d’homologation se trouve sur le haut du gyrophare.

LA NORME ECE R10

La norme ECE R10 concerne la compatibilité électromagnétique. Elle vérifie que les éléments électromagnétiques ne s’interfèrent pas et ne mettent pas en danger le conducteur.

COMMENT CHOISIR SON GYROPHARE PROFESSIONNEL ?

Pour un usage professionnel, il vaut mieux opter pour un gyrophare de qualité qui durera plutôt qu’un modèle bon marché.

Il faut aussi considérer la taille du gyrophare (classique ou plat) et sa couleur (orange ou bleu) selon l’utilisation. La taille n’a pas d’importance pour la réglementation.

LE MODE DE FIXATION

Il existe trois principaux modes de fixation pour les gyrophares:

  • Gyrophare à visser: idéal pour une installation durable sur des véhicules circulant régulièrement sur la route comme les engins de chantier.
  • Gyrophare magnétique: très pratique car il peut être déplacé facilement entre véhicules, comme pour les voitures de police.
  • Gyrophare sur hampe: la tige souple résiste aux vibrations, à utiliser sur des engins agricoles ou des saleuses.

LA CLASSE

Il y a deux classes de gyrophares selon leur intensité lumineuse:

  • Classe 1: de 50 à 100 candelas, convient pour une utilisation hors autoroute.
  • Classe 2: de 120 à 230 candelas, avec deux modes jour/nuit, préférable pour l’autoroute ou des voies rapides où la visibilité doit être maximale, comme pour les gyrophares bleus de secours.

Bien que non obligatoire en France, il est conseillé de choisir une classe 2 pour les usages où la visibilité est cruciale.

COMMENT BRANCHER UN GYROPHARE LED ?

GÉNÉRALITÉS

Les gyrophares possèdent a minima 2 fils (sauf les modèles sans fils) pour fonctionner. Il faut les raccorder :

  • À l’alimentation, borne positive (« + ») de la batterie, pour le fil rouge.
  • À la masse, borne négative (« -« ), pour le fil noir.

Dans la plupart des cas, l’installation d’un gyrophare sur le toit de sa voiture, camion ou utilitaire se fait par le biais d’un interrupteur ou d’un boitier de commande. Ces deux éléments ont pour objectif de relier les feux spéciaux à la batterie en ayant la possibilité de les éteindre, de les allumer, voire de changer certaines fonctionnalités.

Ainsi, raccordez d’abord les deux fils à votre interrupteur, lui-même relié à la batterie (sur les bornes adéquates).

LES MODES LUMINEUX

Beaucoup de feux spéciaux possèdent plusieurs modes lumineux : rotation, flash, double flash, SOS, etc. Pour passer d’un mode à l’autre, le dispositif peut être équipé soit d’un bouton sous son cabochon, soit d’un fil à part (jaune sur nos modèles). Pour la deuxième situation, le changement de mode se fait par impulsion à la masse (« – » sur la batterie).

Dans le deuxième cas, vous avez deux possibilités :

  • Choisir en amont un mode qui vous convient et isoler ce fil. Vous n’aurez pas la possibilité de passer facilement d’un mode à l’autre.
  • Connecter ce 3ème fil à un interrupteur à impulsion relié à la masse. Vous pourrez ainsi passer d’un mode à l’autre grâce à un bouton sur votre tableau de bord. L’installation devient cependant plus complexe.

LE GYROPHARE DE CLASSE 2

Les gyrophares de classe 2 possèdent un autre fil (blanc sur nos modèles) permettant de régler l’intensité lumineuse pour passer du mode « Jour » au mode « Nuit ». Si ce fil est connecté à l’alimentation (borne « + »), alors le mode « Jour » est activé, sinon le dispositif reste en mode « Nuit ».

Il faut donc que ce fil soit relié à un bouton spécial sur votre tableau de bord permettant de passer rapidement d’un mode à l’autre. Pour cela, le boitier de commande est idéal.

Une réponse

  1. Je voulais partager quelques informations complémentaires concernant le choix des gyrophares pour vos véhicules, suite à l’article récemment publié sur le blog. Comme expert dans le domaine, il me semble important d’apporter quelques précisions sur certains aspects peu développés.

    Tout d’abord, concernant la réglementation, l’article ne mentionne pas les critères de conception des gyrophares en fonction de leur classe (1 ou 2). Or il est essentiel de savoir qu’un gyrophare de classe 1 doit émettre entre 50 et 100 candelas, tandis qu’un gyrophare de classe 2 doit être plus puissant avec une intensité de 120 à 230 candelas. Cette distinction est importante car un gyrophare de classe 2, plus visible, sera préférable pour les environnements routiers complexes comme les autoroutes.

    Ensuite, pour le choix du modèle, outre le mode de fixation abordé, il convient de considérer d’autres critères techniques. Notamment le type d’éclairage (halogène, LED ou xénon) qui déterminera la consommation énergétique, la durée de vie et l’intensité lumineuse. Le diamètre et la hauteur du gyrophare auront aussi leur importance en fonction de l’encombrement disponible sur le véhicule. Enfin, la couleur (bleu ou orange) dépendra bien sûr de l’usage souhaité conformément à la réglementation.

    Enfin, s’agissant de l’installation, l’article omet de préciser les diverses options de connectique disponibles. En effet, certains gyrophares nécessitent une simple alimentation 12/24V via deux fils, tandis que d’autres plus sophistiqués requièrent jusqu’à 5 fils pour la gestion des modes lumineux et de l’intensité. Il est donc important de vérifier la compatibilité électrique du gyrophare avec le circuit d’éclairage du véhicule.

    J’espère que ces compléments d’informations permettront aux lecteurs de mieux appréhender tous les aspects à considérer pour choisir et installer le gyrophare adapté à leur besoin. N’hésitez pas à me contacter directement si vous avez besoin de conseils supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *